Insecticides. Les traitements contre les pucerons vecteurs de la jaunisse, une opération indispensable !

La règlementation en vigueur interdit l’usage des néonicotinoïdes en France depuis le 1er Septembre 2018. Pour les semis 2019, les graines de betteraves n’ont plus été enrobées de ces insecticides et n’étaient donc plus protégées contre les pucerons, vecteurs du virus de la jaunisse. Ce virus peut se présenter sous quatre formes (Beet Yellows Virus, Beet Mild Yellowing Virus, Beet Chlorosis virus, Beet western yellows virus) et occasionne des pertes de rendement de 30 à 50 % sur les zones infestées. 

L’objectif de cet essai est d’analyser l’efficacité d’un traitement insecticide en végétation : le Teppeki.

Protocole Mont Blanc

Afin d’étudier le niveau d’efficacité du Teppeki, deux modalités ont été mises en place :      

- Une première sans application d’insecticide et favorisant la propagation du virus de la jaunisse. 

- Une seconde modalité avec un traitement insecticide en végétation, le Teppeki, appliqué à une dose de 140 grammes / ha.

Ces modalités permettront d’évaluer la performance du produit Teppeki, d’un point de vue agronomique et également économique.

Résultats

Depuis le 1er Septembre 2018, l’utilisation des néonicotinoïdes a été interdite sur betteraves. Pour lutter contre les pucerons vecteurs du virus de la jaunisse, des traitements insecticides alternatifs en végétation peuvent être appliqués. Nous pouvons ainsi comparer l’effet de l’utilisation du Teppeki dans différentes conditions.

Dans un premier temps, nous pouvons étudier l’influence du traitement insecticide. Nous constatons sur l’ensemble des parcelles que le traitement insecticide Teppeki a permis un gain de rendement important. En moyenne, ce gain s’élève à + 9,6 T à 16°/ha. Il permet un gain économique de 163 €/ha. 

Attention, il est nécessaire de continuer à surveiller la présence de pucerons verts dans la parcelle. Lorsque le seuil d’intervention est atteint, l’application d’un insecticide en végétation limite les pertes de rendements liées à la jaunisse.

Pour limiter l’impact de la jaunisse Saint Louis Sucre préconise l’utilisation d’un traitement insecticide permettant de limiter les pertes économiques

Synthèse

Cette année l’utilisation d’un traitement insecticide contre les pucerons a permis un gain de 163 €/ha.   

Nous avons constaté qu’un insecticide en végétation permet des gains de rendements considérables de 9,6 T à 16°/ha.  Au regard de ces résultats, un traitement insecticide contre les pucerons vecteurs de la jaunisse semble être un point indispensable à la bonne réussite de la culture de la betterave.

Afin de confirmer ces bons résultats de protection de la culture de betteraves contre les ravageurs et dans un souci d’optimisation des rendements, Saint Louis Sucre reconduit ces essais Mont Blanc avec ses partenaires planteurs cette campagne 2020.