Bien scalper, ce n’est pas sioux.

Bien scalper, c’est ramener le plus de matière racine à l’usine tout en laissant le maximum de feuilles et de pétioles au champ. Tout est donc question d’équilibre. 

L’optimum est d’atteindre un scalpage, en haut du collet, de la taille d’une pièce de deux euros.

La présence de feuilles et de pétioles altère la bonne conservation des silos, génère de la tare déchets et pénalise l’extraction du sucre dans le process industriel. Sans oublier l’impact environnemental, et le coût, du transport de ces déchets du champ à l’usine.

Perte de rendement

Betterave trop fortement scalpée ou éclatée.

Cible à atteindre

Betterave entière sans feuilles et faiblement scalpée.

Pénalités

Betterave avec pétioles.

Les pénalités en cas de présence de pétioles :

Entre 18 et 25 betteraves présentant des pétioles par échantillon : 

0,5 €/t à 16

Au-delà de 25 betteraves présentant des pétioles par échantillon : 

2,50 €/t à 16

Scalpage rime avec réglage

Pour réussir un bon scalpage, tout est question de réglage… et d’entretien des outils. À commencer par l’effeuilleuse.

- S’assurer du bon état des fléaux.

- Vérifier l’horizontalité de l’effeuilleuse, de gauche à droite et d’avant en arrière.

- Régler la hauteur des rotors à celle des betteraves les plus émergentes et ce, pour chaque parcelle.

Les scalpeurs

- Vérifier la présence de tous les scalpeurs et de leur bon état : les affuter régulièrement.

- Adapter la pression d’appui et la hauteur des couteaux à la hauteur des betteraves, au type de terre et à sa portance.

- Tester manuellement l’état des ressorts.

Les nouveaux scalpeurs sur parallélogrammes permettent d’effectuer un micro-scalpage. Ils limitent la perte et augmentent le rendement à l’hectare. Le parallélogramme compact permet un suivi parfait de la taille des betteraves en ajustant l’écartement de la lame au peigne et donc, à la taille du collet. 

L’arracheuse

- Contrôler l’état d’usure des socs ou des disques.

- Vérifier que toutes les barres sont présentes.

- Adapter la vitesse d’avancement et la profondeur d’arrachage aux conditions pédoclimatiques.

Un bon scalpage constitue l’un des leviers identifiés par Saint Louis Sucre dans le cadre de son projet Mont Blanc pour accroitre le rendement de la betterave avant son entrée à l’usine. Un scalpage trop agressif laissera de la matière au champ, au détriment du tonnage racine. A l’inverse, la présence de matière verte sur les betteraves, pendant toute la durée de conservation, pénalisera le rendement final car pour continuer à vivre, les feuilles puisent dans les réserves de la betterave.