Expérimentation 48 tonnes : évaluer le gain logistique pour transporter les betteraves

Saint Louis Sucre fait partie des sucreries engagées dans l’expérimentation 48 tonnes qui se déroule pour la campagne 2022. Objectif : mesurer avec les transporteurs les gains de productivité qu’apporte la hausse des chargements mais aussi l’impact sur la chaussée.

Deux bennes transportant jusqu'à 4 tonnes de plus que le volume actuel ont rejoint la flotte traditionnelle d’enlèvement des betteraves du secteur de l’usine de Roye. Jusqu’à leur dernier circuit planifié le 15 janvier, ces chargements de 48 tonnes vont être examinés sous tous les angles pour en évaluer les bénéfices mais aussi les conséquences sur le réseau routier. Sur les 1,7 Mt de betteraves qui vont être acheminées vers Roye, 15 000 t environ transiteront via ces deux bennes sur cette période. « Des estimations existent déjà sur ce que nous apporte cette hausse des chargements, le but est de les valider, explique Fabrice Doublet, logisticien sur le site de Roye. Nous évaluons une baisse de 12 % des rotations journalières actuelles si tout le parc de camions de Saint Louis Sucre est équipé de bennes 48 t. »

Prise en compte de l’impact sur le revêtement des routes

Outre la validation de cette optimisation logistique, la consommation de carburant, d’usure du matériel ainsi que les émissions de CO2 sont mesurées. L’organisation des circuits a été construite en concertation avec les exploitants de la voirie. L’expérimentation prend aussi en compte l’impact sur le revêtement des routes. Des instruments de mesures ont même été installés sur les remorques afin d’évaluer l’agressivité du convoi. « La crainte d’abimer la chaussée est légitime. Toutefois la répartition de la charge plus régulière avec une typologie de benne dont les essieux sont plus espacés et les pneus plus larges doit normalement mieux respecter la voirie, y compris en bout de champ », estime Fabrice Doublet. Précisant qu’un chargement à trois essieux de 48 t avec six pneus de 445 mm de largeur correspond à l’appui de sept pneus de 385 mm de largeur. La portance est améliorée par rapport aux bennes de 44 t qui sont dotées de six pneus de dimension 385 mm.

L’expérimentation 48 t est pilotée au niveau national par le Délégué Interministériel, la Direction Générale des Infrastructures et des Mobilités (DGITM) et l’Association Interprofessionnelle de la Betterave et du Sucre (AIBS)

Un dispositif d’expérimentation cadré par un décret

Le dispositif de l’expérimentation 48 tonnes est très encadré, notamment pour des questions de sécurité. Il a été présenté le 12 mai à la sucrerie de Roye aux diverses autorités : élus et conseillers départementaux d’Oise et de la Somme ainsi que la gendarmerie. Les maires de l’agglomération Roye – Montdidier en ont pris connaissance le 2 juin. Sa mise en œuvre relève du décret du 23 décembre 2021, qui fixe notamment les périodes concernées, les spécificités des véhicules, les conditions particulières de circulation et des itinéraires empruntés.

Les premiers résultats devraient être partagés par les coordinateurs nationaux de l’expérimentation à partir de fin janvier 2023. « La question des gains de productivité grâce à une rationalisation de la logistique transport fait partie des leviers de compétitivité qui peuvent être actionnés rapidement et avoir un effet immédiat pour notre filière », conclut Thomas Nuytten, directeur betteravier Saint Louis Sucre.