Les cours du sucre

mis à jour le 14 septembre 2020.

Les prix mondiaux et européens présentés dans les courbes ci-dessus, ne sont pas les prix de vente constatés au sein du groupe Südzucker pour la détermination du prix SZ4.

Daniel Calmejane

Directeur des Ventes Industrie et Export, Saint Louis Sucre

 

Marché mondial: les prix ont baissé depuis la mi-août

Les prix du sucre à New York et à Londres ont augmenté à la mi-août pour atteindre des niveaux de 381,2 USD / mt pour le sucre blanc n ° 5 à Londres et de 13,24 Cents / lb (292 USD / mt) pour le sucre brut n ° 11.

Le soutien est venu principalement de l'achat de fonds augmentant considérablement leur positionnement acheteur. La forte demande chinoise de sucre a également contribué à réduire les excédents du marché, en particulier du Brésil. 

Les autres facteurs favorables étaient la moindre disponibilité et le ralentissement des exportations de sucre brut et blanc de la Thaïlande, ainsi que la faible récolte indienne 2019/20 de 27 mmt présumée par rapport aux 33 mmt des années précédentes.

Mais au cours des deux premières semaines de septembre, les prix ont fortement baissé, le contrat d'octobre tombant sous les 12 cents / lb et le sucre blanc retombant de plus de 20 USD / mt à un niveau inférieur à 360 USD / mt.

Les sucreries du Brésil Centre / Sud continuent de produire plus de sucre que d'éthanol - une augmentation de la production de 10 mmt par rapport à l'année dernière est anticipée par les experts, le sucre garantissant un meilleur revenu  que l’Ethanol (la parité se situant aux alentours de 10,5 cents/ livre). Couplé à la baisse de consommation de sucre suit à la pandémie de Covid et des mesures de confinement prises  par tous les pays, l’horizon 2020/21 montre  pour l’instant un marché équilibré ou en léger excédent.

De plus, la prime  blanc Roux même si elle a légèrement baissée, de plus de 100 USD / mt à 90 USD, reste attractive  pour la plupart des raffineurs.

Le mouvement de baisse constaté en septembre a été indubitablement amplifié  par  les fonds qui  ont commencé à liquider des positions acheteurs ( plus de  20 000 lots). Leur position acheteur  reste malgré tout  élevée tant à NY  (127 000 lots) qu’à Londres (23 000 lots), rendant possible une nouvelle baisse du marché si ils  continuent à liquider leur position. 

Pour le moment, il semble difficile d'envisager une hausse substantielle des prix à court terme, surtout si la demande continue d'être réduite par la pandémie COVID combinée à un marché sucrier globalement bien approvisionné. De même, les perspectives de la production de sucre de l’Inde en 2020/2021 pourraient revenir à une récolte supérieure à 31 mmt en raison de bonnes données de mousson. Et la décision du gouvernement indien de maintenir les subventions la saison prochaine pourrait  entraver toute montée du prix au-dessus de 12 à 13 cs/ livre. Les producteurs indiens continuent d'attendre l'annonce du soutien du gouvernement lors de la prochaine saison .Actuellement, une subvention à l'exportation d'environ 150 USD / tonne est nécessaire pour rendre les exportations viables. Pour mémoire l'Inde a approuvé une subvention à l'exportation de 142,20 USD par tonne en 2019/20 qui se termine le 30 septembre, permettant un programme record d’exportation de  5,5 millions de tonnes).

Les éléments qui en sens inverse peuvent permettre une remontée des prix sont connus : Baisse des récoltes en Europe et en Thaïlande combinées à une forte demande de la Chine - qui est en train de constituer ses stocks. Les prix du sucre peuvent également être soutenus par la perspective qui semble se confirmer du retour de l’ événement météorologique «  La Nina » qui pourrait conduire à une sécheresse excessive au Brésil, réduisant les rendements de la canne à sucre. 

Deux visions s’affrontent donc en ce moment, ce qui nous conduit à penser que le marché devrait encore évoluer dans un tunnel relativement étroit, entre 11,50 et 13 cs à NY et 355 à 380 $ à Londres dans les prochaines semaines.