Les cours du sucre

mis à jour le 23 novembre 2020.

Les prix mondiaux et européens présentés dans les courbes ci-dessus, ne sont pas les prix de vente constatés au sein du groupe Südzucker pour la détermination du prix SZ4.

Daniel Calmejane

Directeur des Ventes Industrie et Export, Saint Louis Sucre

Le prix du sucre sur le marché mondial a augmenté depuis la mi-septembre et commence à augmenter en Europe...

Les prix du sucre à NY et à Londres ont augmenté depuis la mi-septembre, passant de 350 à plus de 400 USD/mt pour le sucre blanc n°5 et de 11,76 cents/lb (259 USD/mt) à 14,97 cents/lb (330 USD/mt) pour le sucre brut n°11. 

La forte demande chinoise de sucre, combinée au retard du programme d'exportation de l'Inde, a contribué à réduire les excédents sur le marché, en particulier ceux de la récolte 2020 au Brésil (la récolte du Centre-Sud reste très forte tant au niveau de la production que des exportations). L'avantage du sucre sur l'éthanol atteignant 3c/lb, les usines continuent à donner la priorité à la production de sucre, et ont ainsi atteint une production de 31,95 mmt, soit 10,1 mmt de plus que l'année précédente).  La Chine importe des produits agricoles à un rythme soutenu depuis le début de l'année, et le sucre ne fait pas exception. 

Le temps sec (conditions de la Nina) augmente les risques pour la récolte 2021 au Brésil. Le bilan s'est donc resserré au cours du mois dernier et le solde global sera légèrement déficitaire en 2020/21 également. 

D'autres facteurs favorables ont été la disponibilité moindre et le ralentissement des exportations de sucre brut et blanc de la Thaïlande. La Thaïlande pourrait avoir moins de 1 mt de sucre brut disponible à l'exportation en 2021, un niveau jamais atteint depuis 15 ans. En effet, elle ne pourrait produire que 7,1 millions de tonnes de sucre en 2021, sa production la plus faible depuis plus de dix ans. 

Les prévisions de récoltes en Europe, Russie et Ukraine sont également fortement révisées à la baisse.

Les fonds de pension ont accéléré le mouvement de hausse, augmentant leur position acheteur, avec plus de 200 000 Lots à NY, chiffre extrêmement élevé. 

Dans l'ensemble, pour la prochaine campagne, les marchés mondiaux du sucre semblent être plus ou moins équilibrés. Mais il faut garder à l'esprit que ces hypothèses sont encore très provisoires. L'ISO, par exemple, prévoit une production mondiale de 173,5 mmt et une consommation de 174,2 mmt, soit un déficit de 0,7 mt en 2020/21 et un ratio stock/utilisation en baisse de 56,7 à 54,9 %. F.O. Licht et d'autres, comme FC Stone, supposent également un léger déficit. 

Mais la consommation pourrait être plus touchée, car la deuxième vague est une réalité en Europe et l'hypothèse actuelle est que la consommation de sucre diminuera d'au moins 20 % dans le monde. 3,5 mmt et dans l'UE de 0,7 à 0,9 mmt minimum en 2020/20 par rapport à 2019/20 pourrait être la limite inférieure.

Perspectives : 

Dans l'ensemble, le marché du sucre continuera d'être soutenu par l'incertitude et pourrait continuer à augmenter. Mais les marchés du pétrole brut peinent à se redresser. Avec la reprise des restrictions sur l'activité publique en Europe et dans de nombreuses régions du monde, et alors que les gouvernements tentent de gérer les nouvelles vagues de Covid 19, les espoirs d'une reprise de la demande de pétrole s'évanouissent rapidement. Les fonds risquent également d'avoir constitué une importante position longue et pourraient maintenant être plus enclins à réduire leurs positions étant donné l'importance du Coronavirus. Mais le manque d'information du gouvernement indien continue à dominer le marché et la décision en Inde sur les subventions à l'exportation pourrait n'être prise qu'après la période des élections d'État en Inde, probablement seulement à partir de la mi-novembre. En outre, le marché constate une production de sucre plus faible que prévu en Russie et en Europe et suppose que le monde pourrait absorber le sucre brésilien (dont la récolte est également en baisse) puisque les exportations de la Thaïlande ne représentent plus que 4,8 mmt. 

D'autre part, plusieurs pays de l'UE ont déjà réimposé des verrouillages nationaux partiels et d'autres pays européens devraient faire de même au cours des prochaines semaines. Les dommages économiques que les nouvelles restrictions causeront sont, de toute évidence, une préoccupation majeure à suivre. 

Nul doute que si un vaccin contre le Covid 19 devait être trouvé dans les mois qui viennent, ceci conforterait de manière durable la hausse du cours mondial.