Les cours du sucre

mis à jour le 04 mai 2022

Les prix mondiaux et européens présentés dans les courbes ci-dessus, ne sont pas les prix de vente constatés au sein du groupe Südzucker pour la détermination du prix SZ4.

Daniel Calmejane

Directeur des Ventes Industrie et Export, Saint Louis Sucre

Évolution du marché mondial de la mi-mars au 26 Avril

De la mi-mars à la mi-avril, les prix mondiaux du sucre ont maintenu leurs niveaux élevés. Le sucre brut n° 11 à New York a varié pendant cette période de 18,56 ct/lb (409 $/t) à 20,41 ct/lb (450 $/t) et le sucre blanc n° 5 à Londres de 523 à 576 $/t. Par rapport à la période précédente (mi-février à mi-mars), cela représente en moyenne une augmentation d'environ 7% pour le sucre brut et une augmentation d'environ 11% pour le sucre blanc.

Depuis la mi-avril cette tendance haussière s’est inversée, effaçant les gains des dernières semaines, en ligne avec le prix du pétrole brut qui retrouve son niveau d’ avant la guerre en Ukraine,  le Dollar Américain qui se renforce  par rapport au Real Brésilien, et des nouvelles en provenance d’Inde baissières.

Le 27 avril à l’ouverture Ny cotait 18,99 cs, Londres 518,80 $/t

Le marché à terme du sucre est toujours influencé par la guerre en Ukraine et est marqué par une forte volatilité. La persistance des prix élevés du pétrole brut a soutenu pendant de nombreuse semaines les prix du sucre et affecté la parité de l'éthanol au Brésil. Ce prix, associé à un réal brésilien fort (USD/BRL  =  4,6) rend la production d'éthanol au Brésil plus rentable, susceptible de réduire  l'offre de sucre lors de la saison 2022/23. Mi-mars, Petrobras annonçait l’augmentation des prix de l'essence domestique de + 18,8 %. Les prix de l'éthanol ont alors commencé à réagir, la parité Sucre Ethanol se situant au-dessus de 13 cs/lb. Deux scenarii restent possible aujourd’hui : baisse pérenne du prix du pétrole et Real faible : les producteurs brésiliens peuvent encore rééquilibrer leur production avec plus de sucre, ou scénario inverse, ce qui se traduira mécaniquement par l’effet de balancier moins de sucre plus d’Éthanol.

A noter qu’une variation de deux pour cent en plus ou en moins du ratio Ethanol/ Sucre par rapport à celui constaté sur la campagne en cours représente près de 1, 5 millions de tonnes de sucre en plus ou en moins, avec comme résultat un impact significatif sur l’équilibre offre demande de la campagne 2022/ 2023

Au-delà du Brésil, dont le mix Éthanol sucre est en grande partie lié à des facteurs exogènes, le principal facteur baissier, à l’heure actuelle est l'Inde, où la production de sucre s’annonce excellente, avec une production estimée à 35 millions de tonnes (13 % de plus par rapport 'année précédente) et des exportations qui devraient atteindre 9,5 millions de tonnes, soit plus de 1,5 millions de tonnes que le programme initial. La Thaïlande a également connu un très bon début de récolte.

À surveiller de près également, l’évolution de la pandémie de Covid en Chine, et l’éventuel confinement de Pékin, qui pourraient avoir à nouveau un impact significatif sur la reprise économique mondiale, ou à minima une désorganisation encore plus forte des flux, pesant ainsi sur les échanges, et faisant craindre une baisse de consommation.

À l'heure actuelle, nous n’anticipons pas une baisse violente des cours, mais un nouvel épisode de hausse ne pourra intervenir que si la situation géopolitique devait se durcir encore plus, entrainant notamment une tension forte sur le marché des hydrocarbures.  

Sur la période les spéculateurs ont dans un premier temps encore  augmenté leur position nette longue sur les contrats à terme et les options sur le sucre brut sur ICE Futures US à 127 091 contrats,  et ont commencé à alléger cette position acheteur depuis une dizaine de jours.

Le 24 mars, F.O. Licht a publié son bilan du sucre pour 2021/22 et sa projection pour 2022/23. F.O. Licht prévoit que la production mondiale de sucre en 2022/23 (octobre/septembre) pourrait augmenter de 5,0 mmt pour atteindre 186,8 mmt par rapport aux 181,8 mmt de cette saison. La consommation mondiale de sucre ne devrait augmenter que d'environ 2,3 mmt pour atteindre 185,6 mmt en raison d'une reprise économique mondiale modeste. Cela signifie que le déficit de 3,2 mmt de cette saison sera probablement suivi d'un marché équilibré, sans excédent ni déficit en 2022/23.

En Europe, la déclaration de prix de la Commission de l'UE a augmenté à 441 €/t pour février 2022, soit une augmentation supplémentaire de 7 €/t par rapport à janvier 2022. Les raisons de l'augmentation constante des prix du sucre dans l'UE sont la faible disponibilité du sucre en Europe liée à des importations limitées et le faible niveau des stocks de sucre. La Commission européenne prévoit des niveaux de stocks de 1,3 mmt pour la saison 2021/22. Ce chiffre est légèrement supérieur à celui de l'année dernière, mais le marché reste très tendu.