Les cours du sucre

mis à jour le 19 avril 2021.

Les prix mondiaux et européens présentés dans les courbes ci-dessus, ne sont pas les prix de vente constatés au sein du groupe Südzucker pour la détermination du prix SZ4.

Daniel Calmejane

Directeur des Ventes Industrie et Export, Saint Louis Sucre

Le cours mondial a continué, et même accéléré en février le mouvement de hausse constaté depuis  plus de 6 mois, atteignant un plus haut depuis 4 ans le 22 février, le cours du sucre brut franchissant ponctuellement la barre symbolique des 18 cs à NY ($ 396, FOBS) et  $488 ( €403, FOBS) à Londres, ce malgré un environnement encore incertain  lié à la pandémie et son impact réel sur la consommation en 2021.

Les fonds de pension, profitant de l’afflux de liquidés généré par les mesures massives d’aides aux économies, réévaluent à la hausse la part des commodités dans leur portefeuille, soutenant des fondamentaux également haussiers. Certains spécialistes n’hésitent plus à parler d’un super cycle pour les commodités, profitant notamment au sucre.

Encore une fois, l’attention se porte sur le cours du pétrole qui continue sa remontée à 65$, son niveau le plus élevé depuis janvier 2020, lorsque la pandémie semblait encore limitée à la Chine. La parité Sucre Ethanol au Brésil augment mécaniquement.

Les prix traduisent la trop grande dépendance  actuelle  au marché indien, en attendant le démarrage de la prochaine campagne brésilienne. Le fret maritime, en très forte hausse, joue également sa part dans le climat de tension actuel. Le monde traverse une période de pénurie de conteneurs, mal positionnés après une année de flux chaotiques, qui se traduit par d’importantes difficultés pour l’Inde d’accélérer son programme d’export de sucre raffiné, alors que dans le même temps l’Europe est quasiment absente du marché export, suite à la campagne catastrophique 2020. Cette restriction de l’offre indienne pousse la prime Blanc Roux au-dessus de 100$, faisant le bonheur des raffineurs du proche et moyen Orient.

Les pluies au Brésil en janvier et février, en dessous de leurs niveaux historiques, pourraient se traduire par un démarrage retardé de la production au Centre Sud, alors que le marché est d’ores et déjà fortement demandeur de sucre brésilien. Le programme d’export indien de sucre brut continue à un rythme soutenu, principalement vers l’Indonésie, mais sera-t-il suffisant pour couvrir les besoins des autres pays asiatiques ?

La Thaïlande termine prochainement sa campagne de production. Si le tonnage de 7, 5 millions fait aujourd’hui l’unanimité, une révision à la baisse n’est pas à exclure. En même temps certaines voix commencent à réviser la production indienne, attendue à 32 millions de tonnes, de 1 à 2 millions de tonnes. Si cette baisse était confirmée, elle viendrait diminuer d’autant le programme d’exportation indien, ajoutant encore de la tension sur le cours mondial.

La commission Européenne a publié une nouvelle balance pour la campagne 2020/2021, indiquant un stock final au 30 septembre, hors production fraiche en septembre 2021, qui se rapproche de 1 million de tonnes, tout en n’excluant pas de nouvelles baisses de production 2020/21, notamment en Pologne.

Si l’impact du Covid sur la consommation européenne devait s’avérer limité, l’Europe pourrait se trouver à partir de l’été dans une situation de déficit, qui ne pourrait être comblé que par des importations de sucre brut destiné à alimenter les raffineries portuaires. La récente hausse du cours mondial et l’augmentation du fret maritime pourraient entrainer une hausse significative des prix en Europe, pour les utilisateurs n’ayant pas couvert 100 % de leurs besoins au titre de la campagne 20/21.

Super Cycle ou bulle ?

Le sentiment actuel est résolument haussier. Si les campagnes de vaccination devaient se traduire à partir du mois de mai par un allègement des restrictions et la réouverture des lieux de consommation hors foyer, il est difficile d’imaginer une inversion forte du mouvement entamé depuis plusieurs mois dans le mode des commodités, et tout particulièrement du sucre.